Sélectionner une page
  • Bonjour,
    J’avoue que je suis perdu depuis très longtemps. Je suis baptisé catholique mais je n’ai jamais pratiqué. Depuis quelques temps, il m’arrive d’aller me recueillir dans des églises pour être en paix mais je ne trouve pas Dieu.

Merci pour ton message, il est tout à fait normal d’être perdu dans notre incarnation. C’est même le but du jeu afin de pouvoir expérimenter les deux émotions racines que sont l’amour (ce que je suis) et la peur (illusoire).

Depuis le commencement des temps le but des religions ou de l’église. Qui ont leurs utilités car elles peuvent aider de nombreux humains, est de me faire croire que pour attendre Dieu je dois devenir bon. Donner mon argent, aller à l’église tous les jours ou tous les dimanches. Que je dois devenir meilleur autrement les pires châtiments vont s’abattre sur moi.

Les religions ont toutes été crées sur un sentiment de peur généré par l’ego des humains.

Il n’y rien à atteindre je suis déjà ce que je cherche à atteindre

Dieu n’est pas à l’extérieur de moi je suis une partie de ce Dieu que je recherche. Je suis le créateur de ma propre expérience et de tout ce que je vois autour de moi.

Le bien et le mal est une illusion, je n’ai pas à atteindre le bien. Dans la dualité le but du jeu serait de choisir à chaque fois l’amour, mais si je choisis la peur j’en ferais simplement l’expérience. Il n’y a pas à être puni de quoi que soit. Dieu aime sans conditions, j’aime sans conditions.

Dans la dualité il est impossible d’expérimenter le froid sans le chaud. Le jour sans la nuit, l’amour sans la haine. Pour expérimenter la gentillesse la méchanceté doit exister, car si tous étaient gentils l’émotion n’existerait pas car elle serait noyée dans le tout. Dans la dualité rien n’existe sans son contraire, le bien ou mal est illusoire.

Je ne cherche pas Dieu à l’extérieur, je suis ce que je recherche. Je ne cherche pas à devenir meilleur, je suis la perfection depuis ma naissance.

Je peux me recueillir dans une église ou dans la nature peut importe. J’aime ma création sans conditions, le bien comme le mal.

  • J’ai subi de nombreuses brimades et attaques quand j’étais enfant. On m’a dit que ça devait être comme ça. Des personnes en qui j’avais confiance m’ont fait du mal

Je ne suis pas la victime de ma propre expérience

Je récupère mon pouvoir de création car si les attaques m’ont touchées c’est que j’ai décidé que cela me toucherais. J’aurais pu simplement observer ces attaques sans me poser en victime. L’émotion aurait été traduite et ne se représenterait plus à moi. Rejetant cette émotion elle se représente en permanence à moi, jusqu’enfin je l’accepte comme faisant partie de moi. Pleure l’émotion elle même plutôt que le rejet de cette émotion, elle disparaîtra.

Ce n’est pas parce que l’on m’a dit que cela devait être comme cela, que cela doit être comme cela. J’ai plus de pouvoir que ce que j’imagine.

J’ai légué mon pouvoir de création à certaines personnes sans raison, je récupère ce pouvoir.

Il y a une idée erronée aujourd’hui qui dit que les victimes sont toutes dans le camps des gentils, et que les bourreaux sont tous dans le camp des méchants. Donc actuellement la société crée une majorité de victime qui pensent être dans le camp des gentils. Ce n’est pas comme cela que cela fonctionne. Car dans chaque conflit les 2 parties pensent être dans le camps des gentils, nous pouvons le vérifier facilement tout au long de nos journées.

Les victimes acceptent donc d’être victimes de leurs propres expériences. Comme les bourreaux acceptent d’être les bourreaux de leurs propres expériences. Dans un monde relatif l’un ne va pas sans l’autre c’est impossible. L’émotion gentil-méchant n’est qu’une illusion.

Je nous parle pas de devenir bourreau. Je nous parle d’expérimenter d’autres émotions que bourreau-victime ou gentil-méchant.

Je n’ai pas peur et récupère mon pouvoir de création.